Pourquoi offre-t-on des livres aux bébés ?

Auteur :

Emilie Cochaud-Kaminski

Publié le 20/04/2023 • Mis à jour le 04/05/2023 •

article-reading-time-icon

min.

image-name

De jouet sensoriel au guide de compréhension du monde, les livres ont des super-pouvoirs dès la naissance. Âge par âge, voici tout ce que les livres enseignent à nos enfants.

Les humains ont d’étranges coutumes. L’une d’elles consiste à offrir des livres aux bébés, alors qu’ils ne savent pas parler… et encore moins lire ! Si on leur met déjà des livres entre les mains, c’est qu’on a l’intuition qu’ils jouent un rôle crucial dans leur construction. En France, selon une enquête Ipsos, 93 % des parents considèrent qu’offrir un livre à un enfant sert à quelque chose, même s’il ne sait pas lire. Dans le même temps, certains pensent qu’il ne sert à rien de démarrer la lecture très tôt, qu’ils sont "trop petits pour comprendre"... Que nenni. Car oui, ce T’choupi déchiqueté à coups de dents de lait occupe une fonction non négligeable. On vous met à la page.

À partir de 3 mois : éveil et motricité

Les premières semaines, c’est du sommeil, du lait et des larmes ! Les nouveau-nés dorment en moyenne entre 14 et 18 heures par jour. Autant dire qu’ils se fichent bien des bouquins. Dès trois mois en revanche, l’objet devient digne d’intérêt : le nourrisson tient généralement mieux sa tête, il oriente son regard et commence à explorer le monde qui l’entoure. Il peut saisir des objets et les porter à la bouche. Quel rapport avec la lecture, nous demanderez-vous ?

Certes, à ce stade, le texte importe peu. "Le livre est d’abord une expérience sensible, c’est un objet qui va mobiliser tous ses sens, comme sa vue, son toucher et même son odorat...", explique Charlotte Duverne, fondatrice de la maison d’édition pour tout-petits Marcel et Joachim. Le livre est donc considéré comme un outil d’éveil, et de… motricité !

article-image

"Motricité fine des mains, mais pas seulement ! Placer un livre sur son tapis d’éveil peut l’inciter à bouger, un livre miroir peut le motiver pour relever la tête quand il est sur le ventre…", illustre la maison d’édition.

Le livre s’attrape, se manipule, se mâchouille… C’est le moment d’offrir des albums à secouer, froisser, caresser. En tissu ou plastifiés. Avec des couleurs contrastées et des silhouettes intrigantes, en forme d’œuf, de crocodile, de pot de miel et même de brique de lait !

Photo : Et maman tu deviendras

De 1 à 3 ans : un "bain" de vocabulaire

Vers 1 an, l’enfant sait tourner lui-même les pages et s’intéresse de plus en plus aux images. C’est le bon moment pour introduire le rituel de l’histoire du soir. En effet, les recherches montrent qu’une histoire par jour enrichit significativement le vocabulaire des enfants. Une étude de 2019 publiée dans le Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics part du constat qu’aux États-Unis, les livres pour les 0-2 ans contiennent en moyenne 140 mots, et ceux pour les 3-5 ans, 228 mots. Le calcul est simple : à 5 ans, un enfant ayant écouté une histoire par jour aura été exposé à des milliers de mots de plus que ceux qui n’en ont pas bénéficié… C’est ce que les chercheurs appellent le "word gap" (le "fossé lexical").

Au-delà de la quantité de mots, l’intérêt des livres est d’offrir un "bain lexical" avec des termes plus rares ou complexes que ceux du quotidien. "Les livres pour enfants contiennent trois fois plus de mots peu fréquents que les contenus télévisés ou que les conversations entre adultes et enfants, selon Donald Hayes et Margaret Ahrens dans un article publié dans Journal of Child Language", rappelle Frédéric Bernard, maître de conférences en neuropsychologie.

Autre phénomène notable : en grandissant, les jeunes enfants réclament souvent la même histoire encore et encore. Une obsession qui désespère parfois les parents, mais qui a une utilité : la répétition leur procure du plaisir, les sécurise, facilite l’intégration d’informations complexes et la mémorisation de nouveaux mots. La répétition est en effet l’un des quatre piliers fondamentaux de l’apprentissage – nous y reviendrons dans d’autres articles. Roule Galette vous sort par les yeux ? Prenez sur vous, dit la science, c’est pour la bonne cause !

article-image

De 3 à 5 ans : développer l’imagination et le goût de lire

À cet âge-là, les enfants comprennent qu’ils ont, eux aussi, un pouvoir créateur. Ils sont capables de décortiquer la mécanique littéraire : la nécessité d’avoir des péripéties, un dénouement… Et pour peu qu’on les y encourage, ils prennent plaisir à inventer eux-mêmes des histoires.

Continuer à feuilleter des livres avec eux les aide à construire un raisonnement logique, à développer leur imagination, et constitue une passerelle vers la lecture autonome autour de 6 ans. "La lecture partagée est considérée comme l’une des activités les plus importantes pour le développement des connaissances préalables aux succès ultérieurs en lecture", souligne Frédéric Bernard.

Qui sait, de fil en aiguille, ce livre en tissu offert à votre neveu dans ses premiers mois de vie pourrait faire naître une vocation de grand lecteur. De Cache-cache petit panda à Alexandre Dumas, il n’y a qu’un pas ?

sound-icon

Ça pourrait vous

INTÉRESSER

filter-article-icon

Article

Comment faire aimer tous les goûts à nos enfants ?

On rêve tous d'avoir des enfants gourmets, au palais aventureux et qui "mangent de tout". Mais les enfants ont une sensibilité bien plus élevée que la nôtre, et tous leurs sens sont impliqués pour avoir envie de goûter de nouvelles choses.

02/11/2023

filter-article-icon

Article

Pourquoi éveiller les enfants à la diversité des langues ?

Chanter une chanson en arabe, dire bonjour en norvégien, au revoir en lingala… pour quoi faire ? Christine Hélot, chercheuse en sociolinguistique, nous explique pourquoi il est important d'éveiller les enfants à la multiplicité des langues.

26/10/2023

filter-article-icon

Article

"Les bébés ont la capacité de distinguer les langues étrangères entre elles", Krista Byers-Heinlein

La chercheuse canadienne Krista Byers-Heinlein est titulaire de la chaire sur le bilinguisme à l’université Concordia, où elle étudie le bilinguisme chez les bébés et les enfants. Voici ce qu’ils lui ont appris.

19/10/2023